Changer de cap

Cap actuel

Considérant la baisse de la pratique et des connaissances religieuses et pour manifester davantage l’unité des 3 sacrements de l’initiation chrétienne, le vicariat de Bruxelles encourage le don de ces 3 sacrements (baptême, confirmation, eucharistie) au cours d’une seule et même célébration, vers 11 ans, au terme d’une catéchèse étalée sur 2 ou 3 ans, à partir de 8 ans ou (de préférence) 9 ans.

Le sacrement du baptême ne sera pas refusé aux parents (très?) pratiquants qui le demandent pour leurs bébés. De même que le sacrement de l’Eucharistie, de manière privée, ne sera pas refusé aux parents (très?) pratiquants qui le demandent pour leurs enfants, mais ils devront désormais les y préparer eux-mêmes (fin des préparations et premières communions communautaires pendant l’enfance).

Mais pour toute demande sacramentelle qui viendrait dans la petite-enfance ou plus tard, il est désormais demandé de suivre une catéchèse pendant 2 ans, à partir de 8 ou 9 ans, avant de recevoir les 3 sacrements au cours d’une unique célébration, vers 11 ans.

Cap missionnaire

Encourager le don du baptême aux bébés. Ne pas alourdir les exigences pour les parents : même si leur foi est faible, l’Eglise visible et invisible peut pourvoir. Encourager le don de l’Eucharistie aux enfants, précédée par le sacrement de la Réconciliation ainsi que la confirmation qui renforce la grâce du baptême et sa vigueur missionnaire.

Pourquoi priver de la Vie divine, du « Pain des Anges » et du « Pain de la Vie », les enfants qui, généralement plus ouverts que les adultes, en ont grandement besoin pour traverser leur enfance souvent éprouvée de nos jours?

Cessons de cultiver une pastorale sacramentelle élitiste : quelle famille peut donc aujourd’hui « tenir la route » durant 2 ans, sachant les contraintes, séparations, mobilités, instabilités spirituelles et professionnelles, méandres de la foi et autres contrariétés familiales de notre temps qui rendant difficile si pas impossible pour beaucoup, cette exigence de fidélité et de stabilité dans une même paroisse (pardon, « UP »!)?

Conclusion: –Encourager le don des sacrements aux enfants : du baptême aux bébés, et de la Réconciliation, de l’Eucharistie et de la Confirmation aux enfants (et non plus attendre l’adolescence)

Témoignages

. Autre témoignage: « J’ai participé, il a peu à une CSIC … ! C’est pour les initiés : célébration des sacrements d’initiation catholiques. J’ai eu beau me moquer, en indiquant que ce recours à un acronyme en quatre lettres devrait être évité depuis un certain INRI, qui n’a pas laissé de bons souvenirs, et que si c’était fait pour ne pas être compris du commun des paroissiens, pourquoi ne pas envisager de revenir au latin … ! « C’est comme ça » m’a-t-on répondu.

On se donne ainsi l’illusion que les églises sont bondées : il y avait un baptême, une quantité de confirmés de 9 à 40 ans (au point que l’Évêque a du déléguer en sa présence), et plus la moitié de ces confirmés qui devaient faire leur première communion (« puisqu’ils n’avaient pas eu l’occasion de la faire avant »), et en regroupant toutes les paroisses de l’UP …! Les Européens, non Belges, avec en premiers lieu les Polonais, les Portugais et les Italiens, les Africains et les Sud-américains constituaient l’essentiel de l’effectif.

Par ailleurs, j’ai assisté à la cérémonie de première communion de la pastorale hispanophone, dans ma paroisse. Les enfants étaient vraiment imprégnés de la démarche qu’ils initiaient auprès du Seigneur. J’en ai félicité le prêtre. J’en ai profité pour lui dire que ce qu’il fallait encourager et ce qui fonctionnait le mieux sur l’UP, ce n’était pas le regroupement des paroisses, mais les liens entre les pastorales en différentes langues . »

« J’ai participé, il a peu à une CSIC … ! C’est pour les initiés : célébration des sacrements d’initiation catholiques. J’ai eu beau me moquer, en indiquant que ce recours à un acronyme en quatre lettres devrait être évité depuis un certain INRI, qui n’a pas laissé de bons souvenirs, et que si c’était fait pour ne pas être compris du commun des paroissiens, pourquoi ne pas envisager de revenir au latin … ! « C’est comme ça » m’a-t-on répondu.

Annexes

Annexes 

-Les sacrements de l’initiation chrétienne: Lettre pastorale de Mgr Kockerols (2017)

https://www.catho-bruxelles.be/catecheseaujourdhui/

-Pourquoi les donner dans l’enfance? Argumentaire croisé du Collectif interparoissial (80 signatures)

Sacrements de l’initiation chrétienne – Argumentaire croisé

-« Lettre des 80 » à nos évêques (et leur réponse) : « ne supprimons pas nos paroisses, nos églises paroissiales et les sacrements de l’enfance! »

(80 signatures)

LETTRE DES 80 à Mgr DK e MGR K et REPONSES